ConférenceRecherche, Valorisation

Penser philosophiquement l'innovation, de l'économie capitaliste à une éthique des sociétés en transition

le 18 mars 2021
À 18h
Conférence de Thierry Menissier, dans le cadre de " L’espace philo " organisé par la Société alpine de philosophie

Ce qui motive notre propos philosophique sur l’innovation est le fait que, derrière les « effets de surface » (tel que l’appel à la nouveauté décliné sur tous les tons par le marketing lorsqu’il présente les objets et services technologiques pouvant être consommés), réside une sorte d’obsession de notre époque pour ce qui est présenté comme nouveau. Or, cette tendance est ancienne et se confond avec certaines thématiques fondatrices de la modernité : progrès et innovation se recoupent partiellement, et la seconde a pour ainsi dire profité de ce qui a longtemps été la bonne réputation du premier. Or toute innovation n’est pas un progrès, et si l’on a pris l’habitude de considérer positivement l’innovation, si on regarde les choses de près, il s’agit d’un concept très capitaliste.

Alors, que penser de l’innovation ? Pour répondre à cette question, il faut d’abord prendre acte de la variété des acceptions du terme « innovation » ; et ensuite relever les transformations en cours dans la qualification des processus d’émergence qu’on désigne par ce terme : si elle a initialement été définie par Schumpeter au sein de l’économie industrielle, l’innovation acquiert désormais une signification plus générale et concerne des sphères pour lesquelles elle n’avait pas été conçue. Par exemple, afin d’opérer des transformations de fond, l’Etat et les collectivités territoriales se sont, ces dix dernières années, massivement dotés de services dédiés à l’innovation, et pratiquent désormais abondamment le « mode projet » qui découle de cette logique. Enfin, la dernière venue des formes de l’innovation, celle qui est dite « sociale » apporte encore une autre dimension. Il faut faire l’hypothèse que sur le fond des transformations de la réalité industrielle, de la crise du désir dans les sociétés de consommation et de l’appauvrissement des imaginaires – et de manière renouvelée dans le contexte de la crise sanitaire –, « l’innovation sociale » apparaît comme une nouvelle forme d’institution imaginaire de la société.

Dans le parcours visant à penser philosophiquement l’innovation, de l’innovation capitaliste et technologiquement déterminée vers la puissance de réinvention de la réalité par les collectifs de l’innovation sociale, apparaissent des jalons pour une éthique politique de nos sociétés, dans le contexte des multiples transitions auxquelles elles doivent faire face.

Thierry Ménissier est professeur des universités en philosophie à l’Université Grenoble Alpes.
Agrégé de philosophie, docteur en études politiques et habilité à diriger les recherches en science politique, il fait partie de l’Institut de Philosophie (IPhiG) de l’Université Grenoble Alpes. Ses recherches portent sur les transformations de l’éthique publique et sur l’innovation technologique et sociale. Il est depuis 2019 responsable de la chaire de recherche « éthique&IA » au sein de l’institut multidisciplinaire en IA (MIAI) de Grenoble, et auteur du blog http://www.tumultieordini.com/

Son dernier ouvrage Innovations. Une enquête philosophique vient de paraître en janvier 2021

Localisation

À distance
(En visioconférence)
Pour participer à la réunion zoom : https://grenoble-inp.zoom.us/j/95625378501
ID de réunion : 956 2537 8501
Code secret : 129 099
Mis à jour le  8 mars 2021